FOULE Théâtre

Danse-Théâtre après 40 ans

23-24 mars       27-28 avril      11-12 mai

13h30 à 18h

Trois WE de danse en action poétique pour découvrir ce que recouvre la notion de Danse-Théâtre, quelle écriture du mouvement est possible entre langages écrits et parlés.

Ces stages s’adressent à des acteurs, danseurs, créateurs à partir de 40 ans pour permettre une unicité du travail corporel et l’appréhension de celui-ci dans la création gestuelle.                                                          (télécharger .pdf)

En cette époque du zapping où tout va si vite et nous invite au morcellement, j’aimerais proposer une recherche, un cheminement, en actions poétiques, en actions de son et de sens, de sensations et d’impressions, des actions pour tenter de bouleverser la façon doit on voit les choses, comme des clins d’œil, qu’ils soient de silence ou de cri, pourvu qu’ils défendent d’autres visions …
                                                                                     Dominique Duszynski

La participation aux 3 WE est préférable mais pas exigée
(Priorité aux inscriptions pour trois WE)
Prix par WE : 90,- Euros
14 participants maximum

L’inscription est prise en compte au moment du paiement.
Compte de FOULE Théâtre
Belfius: BE47 0682 2268 8280

Renseignements:
Philippe Léonard : 0497 72 58 40

Lieu:
Rue des coteaux, 58
1030 Bruxelles
Bus 59, 66 Tram 25

Merci à la Cie de la Casquette et à la Cie Nyash

À venir, une nouvelle création, nous l’espérons pour les Rencontres-Sélection de Huy 2019: Les 4 saisons du jardin

Indiens

Un spectacle toujours disponible

(Lire la présentation en pdf)

… Et il a disparu.
Edouard a disparu.
Il est pas mort.
Il a disparu. Disparu. Dans le vrai sens du mot disparaître.
Un jour il était là, et le lendemain, il n’était plus là.
Il a disparu et depuis 40 ans, on a plus eu de nouvelles de lui.
A l’époque de sa disparition, Edouard avait 76 ans. 76 plus 40 = 116
Edouard a 116 ans.
Edouard, c’est mon grand-père.
115 ans, c’est pas un record.
La femme la plus vieille du monde, une chinoise, a 136 ans.
Et il y a actuellement 212 centenaires, rien qu’à Bruxelles.
115 ans…
Mon Grand-père a le même âge que la tour Eiffel. Alors, quand je vois la tour Eiffel, je pense à mon grand-père.
Moi, j’ai l’âge de l’Atomium. D’où je vis, à Bruxelles, je vois l’Atomium, surtout la nuit, quand elle s’illumine de bleu. Alors parfois, quand je la regarde, je pense à la tour Eiffel. Et quand je pense à la tour Eiffel, je pense à mon grand-père.
Mon grand-père a disparu il y a 40 ans. Il a 116 ans.
S’il a marché 5 kms par jour, il a fait le tour de la terre. Et aujourd’hui, il est probablement en France, à Paris, sans doute au 3ème étage de la tour Eiffel qui est toujours debout comme lui. De là-haut, il regarde tout la route parcourue et le chemin qui lui reste à parcourir pour retrouver la rue du méridien à Schaerbeek, au nord de Bruxelles…

« Indiens », c’est l’histoire d’une relation entre un grand-père et son petit-fils. Une relation forte qui a pris corps à la naissance du petit-fils. Une relation où l’enfant est toujours considéré comme un égal par le grand-père.
Une relation qui eut pu se terminer le jour de la disparition du grand-père, mais qui, par sa force, perdure au delà des distances et du temps qui passe.
« Indiens », c’est une histoire qui croit en la bonté, en la singularité de la vie, une histoire où l’optimisme et la jubilation sont les moteurs du récit. Une histoire qui voyage de Schaerbeek à la Californie, de l’enfance à la vieillesse, du silence à la musique, de l’éphémère à l’éternité…

FOULE Théâtre 2018

Site réalisé avec WordPress soutenu par Elementor – Ph. Léonard

Fermer le menu